Alors me voilà, dans cet endroit, entouré ça et là, d’une humanité, me redonnant foi en la confiance en moi.

J’aimerais que ce passé, immaculé d’image figées, de notre relation déjà bien entamée, basée sur des schémas trop érronés, de l’idée que je me fait de ce lien sacré qu’est la parenté.

Merci la Vie, pour ces instants de magie, partagés avec ces âmes-is qui remplissent d’énergie, mon coeur endolori, d’un amour infini, ravivant la flamme qui s’était endormie, d’un artiste quelque peu engourdi.